Blog

Je serais présent le dimanche 14 avril 2019, de 10h00 à 12h30, à la 8ème caravane du livre à Yzeure. Ce salon se tiendra à Yzeurespace.

Article dans La Semaine de l’Allier lors de la parution du livre sur les églises peintes du Bourbonnais

Numérisation_20190405

 

Article dans La Montagne lors de la parution du livre sur les églises peintes du Bourbonnais

2019-04-01_15h13_13

Parution de mon nouveau livre, « A la Découverte des Eglises Peintes du Bourbonnais », le vendredi 08 mars 2019!!!
2€ seront reversés pour chaque achat à l’association « La Route des Eglises Peintes du Bourbonnais » pour la sauvegarde, la promotion et le valorisation du tourisme patrimonial.
Il sera en vente, à compter de cette date, dans les lieux suivants:
https://jeanjihef.com/boutique/
Intermarché Lapalisse
Tabac-presse Lapalisse
Librairie Cadiou à Moulins
Librairie A La Page à Vichy
Librairie Le Moulin aux Lettres à Moulins
Restaurant le Gourmet à Monétay-sur-Loire
Maison de la presse à Gannat
Maison de la presse à Saint-Pourçain-sur-Sioule
Tabac-presse d’Ebreuil
Intermarché Gannat

2019-02-26_11h23_15

Aujourd’hui, dernière église de notre cycle consacré à mon prochain livre sur les églises peintes du Bourbonnais.
L’église saint Martin de Lurcy-Lévis possède une peinture du XVIème siècle représentant le Christ Pantocrator et les quatre Evangélistes. D’intéressants vitraux sont également à découvrir.

L’église Saint-ELoi de Vitray comportent des décors des XIIème, XIVème et XVème siècles. Le livre sur les églises peintes du Bourbonnais est toujours en phase de relecture et de correction.

L’église saint Pierre de Verneuil abrite trois peintures sous forme d’ex-voto. y sont peints le cardinal de Bourbon, saint Michel et l’évêque Charles de Bourbon.
Le livre « Eglises Peintes du Bourbonnais » est actuellement en cours de relecture et correction. Sortie prévue mi-février.

La préparation du livre sur les églises peintes du Bourbonnais touche à sa fin. Aujourd’hui, présentation de l’église saint André de Taxat-Senat. Du XIIème siècle, elle fut longtemps laissée à l’abandon. L’iconographie y est importante et les thèmes variés: un Christ en Majesté, un Baptême de Jésus, un Agneau Pascal, une Vierge à l’Enfant, une Annonciation, une Visitation, une Nativité et une Adoration des Rois Mages.

La présence, dans l’église saint Pierre et saint Paul de Souvigny, du tombeau de saint Mayeul, abbé de Cluny, mort à Souvigny au cours d’un voyage en mai 994, attire un grand nombre de pèlerins, dont Hugues Capet, l’année même du décès du saint, et Robert le Pieux en 1031. Définitivement établi en prieuré en 1008, Souvigny devient, dans la première moitié du XIème siècle, un des plus importantes possessions de Cluny. Saint Odilon y meurt en 1049. Son corps est relevé en 1064, en présence de Pierre Damien, légat du pape, qui consacre l’église.
Dans un cadre rectangulaire à fond rouge, saint Laurent, vêtu de la dalmatique noire du diacre, porte le Livre de l’Evangile et le gril, emblème de son martyre.
Des anges musiciens, gothiques, sont dans la voûte de la chapelle vieille. Au centre, le Christ semble bénir le mausolée.

L’église saint Julien de Saulcet possède une variété de peintures aussi qualitative que grossière, passant du décor le plus raffiné à toutes sortes d’ex-voto. Fait rare et exceptionnel, la majeure partie des murs et des voûtes est décorée.

Voilà la couverture de mon prochain livre, dont la sortie est prévue courant février. La date exacte, ainsi que son prix vous seront communiqués d’ici une quinzaine de jours. Les lieux de vente également. Voici, ci-dessous, un résumé de son contenu:
Les églises peintes du Bourbonnais vous ouvrent leurs portes. Fier de ses châteaux et de ses églises romanes, le département de l’Allier abrite de nombreux édifices riches de leurs fresques et de leurs peintures murales.
A la fois répandues et pourtant méconnues, les peintures médiévales et leur imagerie intriguent souvent le visiteur, peu habitué à la beauté, à la richesse de l’art et à la spiritualité au cœur du patrimoine religieux de l’Allier.
La plupart d’entre elles datent du Moyen-âge, et ce passé religieux, attestant de l’habileté des artistes pratiquant les arts et les couleurs, nous laisse quelques merveilles, toujours colorées, parfois d’une grande naïveté, mais souvent d’une extrême élégance.
Ces peintures éblouissantes, où parfois les anges nous emportent dans la béatitude des paradis, s’imposent à notre admiration par la pureté des profils et l’étirement des yeux aux prunelles creusées qui apportent à l’héritage religieux de l’Allier toute sa richesse.
L’architecture et l’atmosphère de ces lieux saints ne vous laisseront pas insensibles, et l’émotion côtoiera la curiosité tout au long de cet ouvrage. Au final, peut-être vous emparerez-vous de ces sites sacrés pour les faire découvrir à qui le désire ?
Ces œuvres exceptionnelles, romanes ou gothiques, patrimoine insoupçonné, inestimable et fascinant, nous replongent dans la vie et les mentalités de la société médiévale où la foi et les croyances imprégnaient les consciences.2019-01-18_14h22_58

L’église Notre Dame de Saint-Germain-des-Fossés possède, sur son pilier sud, un portrait en pied de saint Austremoine, premier évêque d’Auvergne dès l’an 250. A sa base, un martyre de sainte Agathe.

L’église saint Saturnin de Mazerier possède une fresque de l’Adoration des Rois Mages datée de 1383. Une chasse aux faisans, scène rarissime, fait face à cette peinture.

L’église saint Pourçain de Louchy-Montfand possède trois fresques, dont une Adoration des Rois Mages très détaillée. Le visiteur pourra également observé la peinture d’un notable, qu’un texte gothique indique reposer dans l’église, et une scène de pénitent.

L’église saint Pierre de Loddes, édifiée au XIème siècle par les moines de Cluny, possède une iconographie où le Christ dépose sur la tête de la Vierge une couronne d’or.

En l’église sainte Croix de Gannat, une scène dépeint une montée au calvaire. Le Christ est couronné d’épines, et porte la Croix sur son épaule. Il se tourne vers plusieurs personnages qui l’aident à porter son supplice. Son visage, marqué par la douleur, est expressif et de meilleure réalisation que les autres acteurs du tableau, plus grossièrement peints. A droite, un personnage est agenouillé, priant, qui pourrait être le donateur.
A retrouver dans mon prochain livre, « les églises peintes du Bourbonnais ».

L’église saint Martin de Jenzat est, pour l’instant, le chapitre le plus important de mon prochain livre sur les églises peintes du Bourbonnais. 35 pages et 56 photos pour décrire un édifice considéré comme un des plus remarquables du Bourbonnais.

L’église Notre Dame d’Huriel possède une importante iconographie dont un Christ en Majesté avec les quatre Evangélistes, une Vierge en prière et un saint Georges.

L’église Notre-Dame de Fleuriel, étape vers Compostelle, possède un ensemble de peintures dont des anges musiciens et une décollation de sainte Valérie.

 

Dans le chœur de l’église saint Cyr et sainte Julitte d’Escurolles, une composition du XIIIème siècle est axée sur un Christ en Majesté, sévère avec un masque triangulaire, inscrit entre soleil et lune sur fond sombre.
A retrouver dans mon prochain livre, « Les églises peintes du Bourbonnais ».

L’iconographie de l’église Saint-Léger d’Ebreuil est axée sur la légende des saints.
A partir de la fin du XIIème et au début du XIIIème siècle, leurs images se multiplient alors jusqu’à leur apogée au XVème siècle. Les ordres mendiants, par exemple, les placent au cœur de leurs prédications. Ils sont non seulement d’efficaces protecteurs, mais aussi des modèles à imiter, des idéaux de pauvreté, de soumission et d’humilité.
A retrouver également Saint-Georges, chef-d’oeuvre du Maître d’Ebreuil.
Très longue présentation de cet édifice (40 pages) à retrouver dans mon prochain ouvrage, « les églises peintes du Bourbonnais ».

L’église saint Martial de Contigny présente la peinture d’un couple de donateurs où le personnage féminin se tient devant un chevalier.

Du haut de son éperon rocheux, l’église saint Pierre, au lieu-dit Châteloy à Hérisson, possède une iconographie importante: le martyre de saint Principin qui se lit comme une bande dessinée mais de droite à gauche, un saint Christophe et un Dieu en majesté.
A retrouver de manière complète mon prochain livre, « les églises peintes du Bourbonnais », dont la sortie est prévue dans le premier trimestre 2019.
Une prévente sera lancée fin janvier pour les personnes intéressées par cet ouvrage. Les modalités vous seront communiquées ultérieurement.

L’église saint Laurent à Châtel-de-Neuvre, du haut de son promontoire, est l’une des plus anciennes du Bourbonnais. Un martyre de saint Sébastien du XVème siècle orne la chapelle sud.

L’église saint Mazeran de Broût-Vernet fut édifiée au XIème siècle. Mazeran lui-même est présenté en peinture murale habillé en gentilhomme, tenant un fil à plomb et une équerre, attestant sa qualité d’architecte.
A retrouver dans mon prochain livre, que vous pouvez pré commander en me laissant un message via ce site.

Toujours dans mon prochain livre, sur les églises peintes du Bourbonnais retrouvez la chapelle Notre-Dame à Briailles, ancienne paroisse aujourd’hui rattachée à Saint-Pourçain-sur-Sioule. A l’intérieur, peintures murales des XIIe, XIIIe et XVIIe siècles.

Présentation de l’église saint Symphorien de Biozat qui se dresse fièrement sur une butte, ancien oppidum qui commandait l’antique voie romaine.
La pièce maîtresse du site est un Christ souffrant, terriblement humain, mais dont la mission divine est rappelée par le verset d’Isaïe inscrit à ses pieds. En face, la Vierge en prières.

Mon nouveau livre est en cours de préparation. Il sera consacré aux églises peintes du Bourbonnais. Il paraîtra courant premier trimestre 2019.
Présentation aujourd’hui de l’église saint Aignan de Bègues où le visiteur découvrira une Annonciation où Marie semble moins attentive au message de Gabriel qu’à la requête du donateur présentée par un saint évêque.

 

 

2018-04-14_09h34_34

Au lendemain de la première guerre mondiale, en 1921, Edouard Mortier, duc de Trévise, crée une association, La Sauvegarde de l’Art Français, pour s’opposer à la destruction ou à la vente à l’étranger d’œuvres majeures du patrimoine Français, monumental et mobilier.
Elle est notamment à l’origine des lois relatives à la protection des trésors nationaux.
Elle se consacre en priorité, et depuis plus de 40 ans, à la transmission du patrimoine religieux, principalement des églises et des chapelles rurales, à travers toute la France.
http://www.sauvegardeartfrancais.fr

1

3

4

7

8

9

Articles dans la Semaine de l’Allier lors de la parution du livre sur la Montagne Bourbonnaise

Numérisation_20180918

Numérisation_20180918 (2)